Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La FCPE à Montgeron

Rentrée & Année scolaire 2014/2015 > Concrètement, que va-t-il se passer ?

23 Juin 2014 , Rédigé par La Coordination FCPE de Montgeron Publié dans #Réforme Rythmes scolaires

Rentrée et Année scolaire 2014-2015
Le bras de fer de la mairie promet une réforme au rabais
et de dernière minute !

La situation actuelle (Juin 2014)

La municipalité de Montgeron n'a pas rendu de projet d'application de la réforme au soir du 06 juin 2014, tel que cela était demandé par l'Etat à toutes les communes de France. En conséquence, l'état va appliquer à ses agents (le corps enseignant) les heures de travail par défaut telles que définies par l'académie. Ces horaires seront officiellement imposés pour 3 ans.

Les voici :

Rentrée & Année scolaire 2014/2015 > Concrètement, que va-t-il se passer ?

Concrètement, que va-t-il se passer ?

A la rentrée :

La municipalité de Montgeron a décidé d'engager un bras de fer avec l'état. Concrètement : les écoles seront fermées par la mairie le mercredi, alors que les enseignants viendront assurer leurs heures de travail. A la pause de midi (11h45-14h), les horaires des enseignants et de la restauration scolaire ne vont pas correspondre. Enfin, le soir, les enseignants arrêteront leur cours à 16h et personne ne sait par qui, dans quelles conditions ni où nos enfants seront pris en charge à partir de ce moment là. Dans le meilleur des cas : de la garderie (se posera alors la question de la prise en charge financière).


Le reste de l'année 2014-2015 > 3 scénarios sont possibles :

Scenario 1 : Le plus simple, mais très improbable : un pari très risqué et sans plan B de notre municipalité

Supposons que l'état accepte que certaines municipalités n'appliquent pas la loi, nous aurions alors une année supplémentaire pour préparer la mise en place de la réforme. Mais ceci parait fortement improbable. Les derniers propos du ministre de l'Education Nationale B. Hamon le 12 juin 2014 sont clairs : « Si un maire décidait de ne pas ouvrir l'école le mercredi alors qu'il doit y avoir classe, c'est aussi absurde qu'un maire qui n'ouvrirait pas une école le dimanche alors que c'est un jour de vote. C'est illégal. Ce n'est pas possible. Et je ne vois pas des maires s'entêter dans une posture comme celle-là. C'est parfaitement illégal et ils seraient condamnés comme tels ». (http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2014/06/12/rythmes-scolaires-hamon inflexible_4436458_1473688.html). Même si un délai d’un an supplémentaire est potentiellement intéressant, d'ici là, les moyens d'application de la réforme à Montgeron auront-ils changé ? Pourquoi reporter l’application de la loi ? Entre le mois d'avril et le mois de septembre 2014, la nouvelle municipalité avait 6 mois pour finaliser le projet préparé par l’équipe précédente, en se basant notamment sur l’organisation qui avait fait consensus entre le corps enseignant des différentes écoles de la ville et les fédérations de représentants de parents d’élèves. Un temps suffisant pour éviter le chaos qui s'annonce pour nos enfants !

Scenario 2 : Le plus embêtant

L'état et la municipalité restent sur leurs positions. Nos enfants perdraient alors 3h d'école par semaine. C'est à dire l'équivalent d'un an d'école sur leur scolarité maternelle-élémentaire. Personne ne peut imaginer qu'une telle situation ne tienne longtemps, mais combien de temps durera le bras de fer à la rentrée : une semaine ? Un mois ? Un trimestre ? Plus encore ?

Scenario 3 : Le plus probable : de la garderie au lieu des activités périscolaires (la responsabilité de la mairie)

La mairie de Montgeron cède et applique la réforme, comme partout en France. A notre connaissance, la municipalité n'a pas prévu ce scénario. C'est donc un pari sans filet que fait notre commune. Rien n'est prêt pour cette situation qui semble pourtant être la plus probable. Le maire nous a dit qu'il n'y aurait pas d'activités périscolaires proposées, mais uniquement de la garderie ! Face à une réforme certes discutable, notre municipalité n'a rien préparé. Elle s'assure donc d'aggraver la mise en application de cette réforme qui aurait eu besoin, au contraire, d'être améliorée sur le terrain. Un tel échec sera de la responsabilité de nos élus locaux qui sont les garants des activités périscolaires depuis bien avant cette réforme. Pourquoi la mairie ne veut-elle pas se préparer à cette hypothèse ? Nous ne pouvons accepter une réforme au rabais de dernière minute !

 

> Téléchargez le document au format PDF

Partager cet article

Commenter cet article